Entrepreneuriat au Maroc : Quid du programme Intilaka ?

Entrepreneuriat au Maroc : Quid du programme Intilaka ?

 

Depuis le lancement, début février dernier, du Programme Intilaka, pour l’appui et le financement des entreprises marocaines, les initiatives pour sa vulgarisation auprès du public cible se suivent et rivalisent de pertinence. 

Et les effets de ces initiatives n’ont pas tardé à se faire sentir. Puisqu’un mois seulement après son lancement officiel, le plan Intilaka semble être une véritable réussite. En effet et d’après les chiffres provisoires publiés par la presse nationale, plus de 1.090 projets ont fait l’objet de financement à fin février 2020 pour un total de 143 millions de dirhams de crédits débloqués. Mais de quoi est le nom cette vision royale qui vise à promouvoir l’esprit entreprenarial dans le pays? 

Entrepreneuriat au Maroc : Quid du programme Intilaka ?

Les jeunes pousses, telles que les TPE dans le secteur informel dans le milieu urbain ainsi que les PME spécialisées dans l’export essentiellement vers l’Afrique, sont les principaux bénéficières du programme, lequel s’inscrit dans la vision royale et est adossé à la Caisse centrale de Garantie (CCG).  Dans la même foulée, la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) a mis en place « sa première commande », une stratégie visant à permettre aux jeunes pousses qui naîtront des laboratoires de Intilaka de gagner rapidement en maturité dès leur naissance. 

Le secteur bancaire qui propose des crédits à des taux réduits ainsi et les établissements publics fortement engagés ne sont non plus restés les bras croisés. Ils ont été impliqués dès le début au projet royal, censé donner un nouveau souffle à l’entrepreneuriat au Maroc en offrant un financement et un accompagnement aux jeunes porteurs de projets à des conditions très avantageuses. 

Dans le même élan de solidarité, les experts-comptables n’ont pas hésité à mettre à contribution leur expertise pour l’accompagnement des jeunes entreprises sur le plan de la création, de l’établissement des business plans, de l’éducation financière, de l’organisation du projet, du conseil juridique, social, fiscal et du conseil général pour le développement de leurs activités. 

Mais concrètement, de quoi est le nom le programme Intilaka? Il conviendra de souligner deux volets importants de Intilaka destinés aux entrepreneurs marocains à savoir le financement et l’accompagnement. Soulignons qu’il s’agit là d’un programme national. Si vous êtes à Casablanca ou dans n’importe région du royaume et si vous remplissez les critères d’éligibilité, vous pourrez en bénéficier. 

Mais avant d’aller plus loin, il est crucial de savoir d’abord de quel entrepreneur parle-t-on. N’est pas entreprise qui veut pour être couvée par le programme royal. Les entrepreneurs individuels ou entrepreneurs ayant ou  non le statut dauto-entrepreneurs, les jeunes diplômés ou porteurs de projets, sont les cibles de ce programme. A cette liste, il faut ajouter les très petites entreprises y compris les commerçants, artisans, agriculteurs individuels et les exploitants agricoles, les près petites entreprises exportatrices, les start-ups ainsi que les TPE dans le monde rural et les coopératives. 

Pour créer les conditions nécessaires à la réussite du projet et ou du moins inciter les jeunes donc à entreprendre sans être trop exposés aux risques inhérents à l’entrepreunariat, les concepteurs ont mis en avant un arsenal de financements innovants. 

Entrepreneuriat au Maroc : financement Intilaka

A-    A quelle banque s’adresser? 

Il existe toute une panoplie d’interlocuteurs, telles que les banques partenaires du programme Intilaka, auxquelles les candidats à l’entrepreneuriat peuvent s’adresser à savoir la BMCE bank of Africa, Attijariwafa bank,Bank-AL-Amal Credit du Maroc, Arab Bank CIH Bank, Banque populaire. Elles sont les principales institutions financières auxquelles les candidats peuvent s’adresser. Celles-ci sont chargées d’accueillir les personnes intéressées par le programme royal.

l’Agence nationale de promotion de l’emploi et des compétences (ANAPEC), les centres régionaux d’investissements, la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) ainsi que Bank Al-Maghrib sont agréablement des interlocuteurs avisés qui peuvent guider les entrepreneurs précités.

B-  Les conditions d’éligibilité de l’offre

Les conditions d’éligibilité pour l’offre de financement intilaka sont clairement définies. Ainsi, pour faire partie des bénéficiaires de cette offre, les entreprises intéressés doivent remplir un certain nombre de critère à savoir un chiffre d’affaire prévisionnel inférieur ou égal à 10 millions de DH pour celles en milieu urbain en plus d’une ancienneté de 5 ans au maximum.

Pour les autres entreprises en millier rural, il faut aussi remplir deux conditions. Pour la première, il faut justifier un chiffre d’affaire prévisionnel inférieur ou égal à 10 millions de DH en plus d’une ancienneté de 5 ans au maximum pour la seconde condition. La troisième catégorie de cibles, les entreprises ayant des activités d’export, vers l’Afrique, elles ne sont pas tenues de respecter cette dernière condition. Quant aux exploitants agricoles, il leur est dispensé de justifier un quelconque CA.

Notons que pour les demandes de crédits auxquels les banques statuent en principe au bout de trois semaines, elles sont accordées dans la limite de 1,2 million de dirhams avec un taux plafonné à 1.75%. Vous pouvez aller sur le site des établissements précités notamment le site de Bank Al-Maghrib (BAM), marraine de cette initiative, pour plus d’informations à ce sujet.

Entrepreneuriat au Maroc: accompagnement intilaka 

Dans le cadre du programme Intilika, plusieurs offres d’accompagnements sont proposées aux entreprises bénéficiaires, lesquelles aident les entreprises à affiner leurs demandes de financement mais pas que.

A-  Les critères d’éligibilité à l’offre d’accompagnement 

Si vous êtes en phase de lancement, de finalisation ou de création de votre entreprise, vous faites parties des principaux bénéficiaires des services d’accompagnement proposés par le programme royal.

B-    En quoi consiste l’offre d’accompagnement ? 

Consistant en une large gamme de services pour tous les bénéficiaires du programme Intilaka, l’offre se matérialise, aprés la création de société en question,  en un accompagnement en termes de conseils relatifs à la tenue de la comptabilité ainsi qu’en termes de formation. En plus de cela, les bénéficiaires  peuvent être assistés sur le plan juridique pour une meilleure pérennisation et développement de leur entreprise.

Cet accompagnement permet également à ces derniers d’accéder à une mine d’informations sectorielles qui facilitent les meilleures décisions. Mieux, durant toute la phase de croissance, il est proposé aux entreprises un soutien externe en termes de gestion. En parallèle, une assistance et des conseils seront proposés aux entrepreneurs lors des opérations de reprise ou de cession d’entreprise,

Entrepreneuriat au Maroc : sommes-nous sur la bonne voie?

Au vue des résultats qui sont déjà obtenus et de l’engouement suscités par les jeunes marocains susceptibles de bénéficier de ce programme, il est tenté de croire que Intilika  va donner les résultats escomptés, ou presque, même s’il est encore trop de top de dresser un bilan.

Une seule certitude, cependant, le programme est venu à point nommé au vue de l’intérêt qu’il suscite auprès des personnes cibles ainsi que les nombreuses attentes de celles-ci. Les auto-entrepreneurs et les micro-entrepreneurs, lesquels avaient jusqu’ici ont des difficultés énormes pour obtenir des prêts au niveau des banques ou des financements, seraient les plus soulagés de la mise en œuvre de cette vision royale.

Mais il faudrait que la mise en œuvre de ce programme dont personne, ou presque, ne doute de la pertinence, prenne en compte les réalités du terrain de l’entrepreneuriat au Maroc. Car, il faut le souligner, le financement sans un accompagnement adopté ne suffira pas.

Pour garantir la réussite de ce programme, qui rappelons-le, vise à promouvoir l’esprit d’entreprise au Maroc, il faut que les actions soient centrées sur les entrepreneurs et non pas uniquement sur les projets.

Entrepreneuriat au Maroc : Focus sur le profil des candidats à l’entrepreneuriat

Et donc,  la meilleure approche pour atteindre les résultats de ce programme, serait de mettre l’accent sur la formation des entrepreneurs tout en tenant compte des spécifiés des individus à savoir les comportements, aptitudes, compétences,  passions, parcours professionnels des uns et des autres. Chaque individu doit être accompagné selon ses lacunes et ou compétences en tenant compte des réalités du milieu où il compte développer son affaire.

Pour ce faire, il faut d’abord que les personnes chargées d exécuter le dit programme tiennent compte de la nécessité d’étudier les différents profils entrepreneurs avant de passer à la phase formation pour maximiser les chances de réussite des entrepreneurs.

Evidement, la formation doit être axée sur les bonnes pratiques managériales afin de développer les capacités des futurs dirigeants appelés à faire face aux difficultés inhérentes à la gestion ou la création d’entreprises.

D’autres projets similaires ont vu le jour au Maroc comme le programme « Jeunes promoteurs » ou encore Moukawalati. Si ces derniers n’ont pas obtenu tous les résultats escomptés, c’est à cause en partie à la négligence du profilage des candidats et porteurs de projets.  

Zones franches au Maroc: ce qu’il faut savoir

Afin attirer des investissement étrangers et promouvoir le développement de son activité économique, le Maroc a opté pour le développement, au niveau régional, de zones franches d’exportation récemment baptisées Zones d’…lire la suite …..

Casablanca finance city :

Première place financière du continent africain, Casablanca Finance City (CFC) n’a jamais été aussi en phase avec les bonnes pratiques internationales en termes de modalités de fonctionnement, de gouvernance et de dispos Lire la suite

Du fait de la propagation rapide du coronavirus au Maroc, beaucoup d’entreprises encouragent leurs collaborateurs à passer en télétravail et à assurer leurs fonctions depuis leur domicile. Si ce mode de travail devient p ...Lire la suite

Partager cette publication